Les monodiètes

Les monodiètes représentent l’équivalent des bénéfices que pourrait apporter le jeûne mais tout en… douceur !
Peu de réactions à craindre donc, en respectant bien les limites conseillées dans chaque cure. Les changements de saison accueillent parfaitement ce type de « grand nettoyage de printemps », aussi utile après les fêtes hivernales que celles de l’été.

J’ai choisi de vous parler de 3 monodiètes différentes, celles pratiquées le plus souvent à la sortie de l’hiver. Je précise que toutes ces cures sont avant tout préventives, et entretiennent un bon fonctionnement métabolique général.

Elles s’adressent à des personnes ne souffrant pas de troubles lésionnels graves, et n’étant pas sous médication lourde.

1. La monodiète de pommes cuites

Cette cure est incontestablement l’une des plus confortables

mono diète de pomme

Durant 1 à 3 jours, vous ne mangerez que des pommes cuites au four, sans sucre, mais vous pouvez rajouter cannelle, vanille, cardamome, anis vert… Vous consommerez de 1,5 kg à 3 kg de pommes douces durant la journée.
C’est l’une des cures les plus agréables et passe partout car les pommes sont disponibles tout le long de l’année. La cure de pommes douces est généralement appréciée de tout le monde.
La monodiète met au repos l’organisme sans l’acidifier.

Propriétés particulières : fruit symbole aux innombrables vertus, la cure de pomme douce est précieuse pour ses qualités anti-rhumatismale, diurétique, laxative douce, tonique musculaire et nervine, mais aussi pour son rôle hypocholestérolémiant, stomachique (digestif, antiseptique intestinal et protecteur gastrique).
Le Dr Valnet en fait un « rajeunissant tissulaire » de premier choix, un dépuratif général, stimulant et décongestionnant les cellules hépatiques. Jeunes et moins jeunes peuvent l’adopter régulièrement et ainsi prévenir l’obésité, l’asthénie…

Choix des pommes : les espèces les plus rustiques et souvent les plus savoureuses, possèdent aussi généralement le plus de principes actifs nutritifs et curatifs. Eviter la cure de pommes acides, bien plus réfrigérantes et moins bien tolérées. Eviter la pomme golden, ayant subit 40 traitements par an par exemple.

2. La monodiète de soupe de légumes ou bouillon de légumes

C’est une cure peu frustrante, réchauffante, elle permet agréablement de délester les lendemains de repas trop arrosés, ou plus simplement les vésicules engorgées, ou surcharges graisseuses ou cellulitiques disgracieuses.

Cette cure accompagne aussi bien les états fiévreux, que plus simplement toutes celles et ceux désireux de pratiquer une douce désintoxination. Elle est assez comparable à la cure de pommes cuites douces, lorsque le consommateur préfère le salé au sucré.
Préparer une soupe de légumes à base de poireaux, carottes, navets, céleri rave et / ou en feuille, et oignons (sans pomme de terre)…

Aromatiser abondamment au laurier, thym, curcuma, graines de fenouil, coriandre, … Consommer telle quelle ou mixée tout le long de la ou des journées de cure. Dans le second cas, ne pas oublier de séparer une bonne partie du bouillon pour la boisson durant la cure.

3. La monodiète de riz demi-complet ou complet

Elle convient particulièrement au sujet frileux, dévitalisés, nerveux, actifs et désireux de vivre une expérience de purification organique, après les petits excès de table des fêtes de noël et nouvel an.

Cette cure utilise du riz mi-complet ou complet (pour ceux qui n’ont pas un intestin fragilisé) comme unique alimentation, du matin au soir, et à volonté. Le riz peut être aromatisé généreusement avec tamari ou gomasio (poudre de sésame salée), thym, sarriette, basilic, carvi, persil, …
Certains apprécieront d’ajouter un tout petit pourcentage de légumes verts cuits ou carottes cuites à leur assiette de riz.

N’utilisez bien sûr que des céréales issues de l’agriculture biologique. Veillez à bien mastiquer chaque bouchée.
Pour les petits déjeuners, si le bol de riz ne vous met pas en appétit, prendre quelques galettes de riz soufflées très digestes (l’inconvénient est l’index glycémique rapide)
Cette cure est inspirée des fameuses monodiètes macrobiotiques, cure de « longue vie » introduite en occident par Georges Ohsawa, dans les années 60.

Elle contribue à désacidifier très activement le terrain biologique. Elle conviendra tout premièrement aux nombreux rhumatisants et arthritiques en tous genres : ceux-ci y trouveront une grande amélioration des multiples symptômes dermatologiques, inflammatoires, douloureux.
Pour les macrobiotiques la durée traditionnelle de cette cure est de 10 jours, mais elle est déjà très efficace sous la forme d’une monodiète 1 jour/ semaine ou de 2 ou 3 jours tous les 10 à 15 jours de février à avril.

Pour toutes les monodiètes

  • La veille au soir de votre cure, votre repas sera composé uniquement d’une bouillie cellulosique (soupe épaisse de légumes verts, sans pomme de terre), pour préparer l’assainissement du tube digestif. Cette soupe de légumes verts bien cuits faisant usage de balayage fibreux.
  • Ne consommer que de l’eau pure, et/ ou des tisanes légères, à raison d’un bon litre par jour et plus si besoin.
  • La reprise alimentaire se fait progressivement
    – Pour la cure de pommes douces cuites ou la cure de soupe de légumes en évitant les produits carnés, les céréales, les légumineuses, les fromages, les légumes et fruits crus pendant 48 heures.
    – Pour la cure de riz, la reprise alimentaire doit se faire sans produits carnés, ni yaourts, ni légumes et fruits crus durant 48 heures, pour éviter simplement des fermento-putrescences intestinales regrettables après les bénéfices purificateurs de la cure. Vous pouvez réintroduire tout d’abord les légumes cuits, puis le poisson vapeur, l’œuf coque, les fruits cuits, …

 

Bonnes cures !

Françoise Treilhou DU.Nutrition – Naturopathe Ecole Cenatho